Bernard Bilis

Bernard Bilis - Magicien

Bernard Bilis

Bernard Bilis, alias l’Encyclopédie, né le 29 janvier 1955, est un prestidigitateur français spécialisé dans la magie des cartes et le close-up. Il est le fils du comédien Teddy Bilis.

Le jeune garçon grandit dans une famille de quatre enfants. Il est le petit dernier. Le jeune Bernard est élevé dans un milieu artistique. Son père, Teddy Bilis, était acteur de théâtre et Également à la télévision. Il a notamment donner la réplique à Stellio Lorenzo ou encore Claude Barma.

Teddy Bilis a également tourne de nombreux films avec Jean Renoir, Jules Dassin ou encore Alex Joffe. Parmi les long-métrages où il apparaît au générique ne citons Pas question le samedi, le testament du Docteur cordelier, La loi, Fortunat, Celui qui doit mourir, ou encore Jamais le dimanche.

La mère de Bernard Bilis est également un fin cordon-bleu. Parmi ses spécialités : la cuisine russe et juive mais également de nombreux desserts.

Les parents de Bernard avaient pour habitude de recevoir dans une ambiance festive et conviviale. À l’occasion de la millième du spectacle de la pièce Gog et Magog au théâtre de la Michodiere, Teddy Billis organisa une grande fête. Dans ce cadre, le paternel présenta un numéro de prestidigitation. Les objets ayant servi à concevoir ce numéro sur découvert quelques années plus tard par le jeune Bernard Bilis dans un tiroir. Une première rencontre avec univers merveilleux de la magie qui allait devenir une passion puis un métier à part entière.

Bernard Bilis découvre dans un premier temps la magie générale, d’autant que la magie rapprochée allias le close-up n’étaient pas encore connus à cette période. Il fait alors la rencontre de Georges Proust, qui le prend sous son aile, et lui enseigne pendant près de trois ans les bases de la magie rapprochée.

Le jeune homme a la chance de s’exercer avec des spectateurs renommes tel que Michel Galabru, Olivier Lejeune, Colette Brosset, Maurice Chevit ou encore Robert Dhery.

Georges Proust

Son mentor Georges Proust l’intègre alors à l’AFAP, l’ancêtre de la fédération française des artistes prestidigitateurs ainsi qu’à l’IBM ring 191. À l’IBM, Bernard Bilis rencontre de nombreux spécialistes à l’instar de Jacques Tandeau, un amateur passionné. Une approche faisant part à la recherche du meilleur mouvement, qui va s’enrichir par la suite auprès de légendes espagnoles telle que Arturo Ascanio et Juan Tamariz.

Durant les années 70, Bernard Bilis commence à élaborer ses premières routines et son premier spectacle. Son père Teddy Bilis l’incite à prendre des cours de théâtre pour améliorer notamment sa diction et sa manière d’évoluer sur scène. En 1972, Bernard Bilis réalise sa première apparition à la télévision aux côtés de Line Renaud dans l’émission « On ne peut pas tout savoir. » La même année il participe au concours dans un congrès de magicien à San Sébastien, où il obtient premier prix de close-up et un troisième prix de cartes. Dans ce cadre, il a l’immense chance de croiser Dai Vernon, alias Le professeur, avec qui il entretiendra une rail une relation amicale pendant plusieurs années.

Autre rencontre primordiale : celle de Gérard Majax. Ce dernier demande à Bernard Bilis de devenir son assistant dans son émission « Passe-passe » puis dans « Il y a un truc ». C’est l’occasion pour le jeune homme de se familiariser avec univers du petit écran. Parallèlement il participe à l’émission de Patrice Laffont  » mi-figue mi-raison ».

Victor Upshaw, metteur en scène et chorégraphe, lui confie la présentation du Fantastic Magic Show à l’Élysée Montmartre.

Bernard Bilis mais toutefois entre parenthèses sa carrière de jeune magicien pour suivre une formation de croupier au casino Ruhl à Nice. Tout en s’exerçant aux subtilités de la roulette et du blackjack, il continue à perfectionner ses tours de magie. Il enchaîne avec une année supplémentaire en tant que croupier au casino de Saint-Amand les eaux, appartenant au groupe Partouche.

Après cette parenthèse, il cumule divers emplois et sa vie d’artiste. Durant cette période Bernard Bilis multiplie les apparitions à la télévision, par exemple dans les choses du lundi ou encore le temps d’une rencontre.

Le jeune prestidigitateur multiplie également les soirées d’entreprise ou encore les prestations de magie dans des fêtés pour Eddy Barclay, Alice Dona, Christian Fechner ou encore les olympiades d’Europe 1.

Fort de sa notoriété grandissante, Bernard Bilis abandonne son travail pour se consacrer entièrement à sa carrière de magicien. Il se voit alors de plus en plus sollicité pour participer à de nombreuses émissions tels que Matin bonheur avec Thierry Beccaro, Panique sur le 16 heures avec Christophe Dechavanne, Entrez sans frapper, ou encore Grand public avec Patrick Sabatier.

Il travaille également en tant que consultant pour le théâtre de l’atelier pour réaliser une illusion pour Jean Marais dans son spectacle consacrée à Jean Cocteau.

Bernard Bilis enchaîne avec une tournée de conférence aux États-Unis, où il divulgue à ses confrères ses techniques et quelques un de ses tours. C’est un immense succès. Un producteur vidéo (L.Tannen) l’engage alors pour une vidéo mettant en valeur ces tours et ses techniques. En ce sens Bernard Bilis est le premier européen être engagé pour une vidéo de production américaine. Elle lui permet également de rencontrer des spécialistes tels que Darwin Ortiz ou Herb Zarrow.

De retour à Paris, le jeune illusionniste participe à l’émission droit de réponse, ou il réalise des démonstrations de tricherie. Il enchaîne alors les galas.

La magie par les cartes

Fin 1992, Bernard Bilis tourne une vidéo consacrée aux techniques de base de la magie des cartes, intitulée La magie par les cartes. À ce jour et comme la magie par les pièces de David Stone, cette vidéo est devenue légendaire. Elle a contribué à former de nombreux magiciens cartomanes.

Coucou c’est nous !

Une attachée de presse le présente alors à Patrice Carmouze qui l’invite dans l’émission Coucou c’est nous ! au début de l’année 93. Lors de sa première prestation dans l’émission de Christophe Dechavanne, sa prestation initiale de trois minutes remporte un tel succès que le présentateur ne voit plus l’horloge tourner, à tel point que Bernard Bilais se produit pendant près de 18 minutes sur la première chaîne ! Christophe Dechavanne propose alors une rubrique régulière dans son émission. Durant près de quatre ans, le magicien va étonner les nombreuses stars qui passent sur le plateau.

Parallèlement il produit d’autres cassettes et rencontre Jean-Michel Boris, le directeur artistique de l’Olympia. Ce dernier lui demande d’assurer la première partie de Nina Simone.

Billissimo

Fort de ce succès, Bernard Bilis décide de monter son premier one-man-show intitulé Billissimo, une comédie magique, où il interprète plusieurs personnages faisant de la magie. Un show de 1h20 mêlant illusionnisme et humour et le grand public participe de manière interactive. Présenté au festival d’Avignon, et dans de nombreuses villes de France, le spectacle figure également au théâtre de 10 heures à Paris. Malgré ses succès, il connaît une traversée du désert.

Le plus grand cabaret du monde

C’est alors qu’il rencontre au Bistro de l’Étoile Patrick Sébastien. Ce dernier l’engage pour son émission « Le plus grand cabaret du monde » sur France 2.

Comme Dani Lary, il devient le magicien close-up attitré de l’émission.

Parallèlement le magicien participe à de nombreux gala, et des DVD ainsi que des livres, notamment La magie pour les nuls aux éditions First, avec David Pogue.

Bilis Magic World

En 2012 Bernard Bilis se lance dans la transmission de son savoir sur internet en lançant son école de magie interactive, intitulée Bilis Magic World. Ce projet lui est longtemps resté à cœur, sans oublier pour autant son grand rêve de fonder un jour une école à proprement parler. Cet espace propose un certain nombre d’enseignements, de reportages et un espace d’échange pour aider les magiciens à communiquer sur leur art.

Bilis Magic World
Bilis Magic World

Bernard Bilis apporte également son soutien au lancement de la plate-forme Secret Studio en 2016.

Au même titre que Gérard Majax et Sylvain Mirouf, c’est un dès prestidigitateurs les plus connus en France. Preuve de sa notoriété, il fait partie du spectacle du parc Astérix, en tant que druide Bilis.

Hervé Troccaz

Le site officiel de Bernard Bilis

Bilis Magic World 

Bibliographie Bernard Bilis

Ouvrages de Bernard Bilis

1978 : Close up French Style, Éditions Techniques du spectacle
1980 : French Pasteboards, publié par Mike Caveney’s Magic Words, en anglais, 63 pages.
1993 : Les Dessous du Strip, en collaboration avec Frédéric Lechon
2007 : La magie pour les nuls, adaptation d’un livre anglais signé David Pogue, First Éditions, 421 pages.

VHS et DVD de Bernard Bilis

La magie par les cartes no 1 – VHS 108 min (réédité en DVD)
La magie par les cartes no 2 – Le monde des tricheurs – VHS 45 min (réédité en DVD)
La magie par les cartes no 3 – A la découverte de nouveaux tours de cartes – VHS 65 min (réédité en DVD)
La magie par les cartes no 4 – Le jeu biseauté – VHS 75 min (réédité en DVD)
La magie par les cartes no 5 – VHS 75 min (réédité en DVD)
La magie par les cartes no 6 – Les cartes spéciales – VHS 120 min (Non réédité en DVD !)
100 % Bilis No 1 – HBM production, DVD env. 90 min
100 % Bilis No 2 – Arlequin production, DVD env. 55 min
Les tours automagiques – DVD
Génération BILIS – 2 DVD, env. 4 h.
La Magie par les Pièces numéro 1
La Magie par les Pièces nnméro 2